Énoncer les objectifs et résultats attendus est le point de départ de tout projet de conception d’un réseau de transfert de poudres. Rédiger un cahier des charges, c’est d’abord s’assurer que le prestataire a bien compris le besoin. Encore faut-il que ce référentiel contienne l’ensemble des données utiles et nécessaires.

Les experts APIA Technologie accompagnent des dizaines de projets de transfert de poudres chaque année. La première étape consiste à comprendre le besoin, et donc à préciser le cahier des charges de la future installation. Nous partageons ici notre expérience de cet exercice essentiel à la réussite de tout projet de transfert des poudres.

Vous avez un projet de transfert de poudres ? On vous propose ici toutes les étapes pour définir et exprimer votre besoin.

Est-il toujours nécessaire de rédiger un cahier des charges, quelle que soit l’ampleur du projet de transfert de poudres ?

C’est en comprenant bien l’objectif que l’on peut prévoir l’installation de manutention des poudres correctement dimensionnée. Cela évite notamment de surenchérir inutilement le projet, ou à l’inverse, d’ajouter des coûts imprévus au moment de la mise en œuvre. La rentabilité de l’investissement en dépend.

 

Le concept de cahier des charges effraie parfois. Pourtant, quelle que soit la taille du projet de transfert de poudres, il est indispensable de poser noir sur blanc les tenants et aboutissants de la prestation. 

Il peut d’ailleurs prendre une forme simplifiée comme une simple expression du besoin, une note technique ou encore un schéma de principe. Parfois considéré comme trop chronophage, la rédaction du cahier des charges est au contraire une promesse de gains de temps pour la suite du projet.

Ainsi, le formalisme du cahier des charges contractuel reste certes l’apanage des entreprises qui disposent de la structure d’organisation adaptée.

Cependant, y compris sous une forme simplifiée, la définition initiale du besoin est vertueuse à plusieurs titres. Elle exige une prise de recul stratégique sur le procédé de fabrication, et définit les attendus du projet et donc les critères d’évaluation du bon fonctionnement de l’installation.

La rédaction du cahier des charges oblige à prendre du recul sur le process en général

L’erreur fatale dans un projet de transfert des poudres est de se focaliser d’emblée sur la solution technique de manutention de la matière première. Or, le transfert des poudres est au service de la rentabilité de la ligne de fabrication.

Ainsi, la rédaction du cahier des charges du futur réseau des ingrédients secs implique de décrire le contexte plus global du process de production.

C’est également l’occasion idéale de fédérer les équipes. Lors de l’étude du besoin, certaines exigences du terrain peuvent s’exprimer. Les autres services sont également impliqués : achat, qualité, sécurité, RH...

Des sources d’optimisation peuvent alors émerger et des pistes d’évolution futures peuvent compléter le cahier des charges.

Souligner les enjeux du projet de transfert de poudres

La définition du besoin est introduite par l’expression des motivations du projet. Lesquelles ont des conséquences sur le design de la solution. Les choix techniques sont guidés par les enjeux profonds du projet. Quelle est la priorité ?

  • Qualité de fabrication ;
  • Capacité de production ;
  • Contraintes logistiques ;
  • Lancement d’un nouveau produit ;
  • Gestion des ressources humaines ;
  • Économies...

La réflexion est donc tout d’abord posée sous l'angle stratégique qui nourrit également la communication interne et suscite l’adhésion des équipes.

Fixer les objectifs et les critères de qualité de l’installation de transfert de poudres

D’un point de vue opérationnel, le cahier des charges établit la liste des attendus de la nouvelle installation de transfert de poudres. Plus globalement, il préciser les performances visées de la chaîne de production ainsi alimentée par le nouveau circuit de distribution des produits secs.

Ce faisant, le responsable industriel décrit les critères et les indicateurs qui valideront la conformité de la solution et la réussite du projet. Le fournisseur de la solution de transfert peut alors s’engager à atteindre ces objectifs en connaissance de cause.

Préciser l’ensemble des prestations et services annexes

Un projet de transfert de poudres réussi ne se limite pas uniquement à la livraison d’un matériel.

Les autres points en lien avec les services, le déroulement du projet, les livrables attendus, et le périmètre d’intervention en général sont également définis au cahier des charges. De même, les conditions d’intervention sur le site sont consignées tout comme les contraintes de calendrier et le délai souhaité.

scott-graham-5fNmWej4tAA-unsplash (1)

Que doit contenir le cahier des charges d’une installation de transfert de poudres ?

Pour décrire le futur réseau poudres et identifier le besoin, les questions élémentaires sont :

  • Quel pulvérulent transporte-t-on ?
  • A partir d’où ?
  • Jusqu’où ?

Mais ces informations sont loin d’être suffisantes !

La définition du besoin s’exprime en deux grandes parties et souvent en deux temps : le cahier des charges fonctionnel, et le cahier des charges technique.

Ces deux parties peuvent être réunies dans un document unique, ou faire l’objet de deux référentiels distincts.

Le descriptif fonctionnel de la future installation de transfert des poudres

Le cahier des charges fonctionnel a pour objet de détailler l’objectif du projet, le fonctionnement souhaité et les résultats attendus. Il ne décrit pas de la solution à mettre œuvre !

 

1 - Contexte et motivations du projet de transfert de poudres

Cette introduction aux grands principes du projet d’investissement est essentielle pour répondre aux bonnes attentes et viser les bons objectifs. En comprenant bien le contexte et le besoin parfois caché ou sous-jacent, on favorise les meilleurs choix techniques.

On essaiera en particulier de comprendre si l’objectif et purement d’ordre économique, sécuritaire, qualitatif, humain ?

Le projet s’inscrit-il dans le cadre d’un bâtiment neuf, d’une extension ou d’une modernisation de l’existant ?

Le projet est-il subi (contrainte fournisseur, accident de personnel, ou remise aux normes), ou choisi (plan stratégique, nouveau produit, développement commercial) ?

 

2 - Les grands principes de fonctionnement de la ligne de production dans son ensemble

Il s’agit de décrire ici l’ensemble des procédés de fabrication en place ou futurs. L’objectif est d’identifier les bases techniques du futur système de manutention des poudres.

Cela commence par la description du produit fini qui sera fabriqué ou conditionné sur la ligne.

Le process fonctionne-t-il en continu, en discontinu ?

Une première approche volumétrique est utile à ce stade. La durée de fonctionnement journalière et le nombre d’arrêts et de redémarrage des lignes seront également précisés.

 

3 - Mise en situation et environnement

Ce chapitre décrit l’environnement et le(s) bâtiment(s) où s’implantera le réseau de transfert de poudres. Il est en effet nécessaire d’identifier les contraintes initiales de positionnement et les distances à parcourir.

Un plan, même schématique de l’usine permettra d’illustrer ce point.

Où se trouvent les stocks, l’atelier de fabrication, la ligne de conditionnement ?

Les flux de poudres et ingrédients entre les différentes zones sont identifiés.

S’il y en a, les contraintes de surface au sol disponible, de risque Atex, de température ou d’hygrométrie sont évoquées.

 

4 - Les poudres à transférer

A ce stade, il n’est pas encore nécessaire de connaître les caractéristiques techniques détaillées du ou des pulvérulent(s) à transporter. L’idée est d’identifier le type d’écoulement et les problématiques spécifiques générées par le transport du produit : corrosion, abrasivité, volatilité, ségrégation.

Il est essentiel par exemple de préciser s’il y aura plusieurs ingrédients différents à convoyer.

Le produit à transporter sera-t-il chaud, surgelé, humide ?

Ne pas oublier aussi de préciser si les matières premières et la production sont-elles sous labels bio, sans gluten, sans allergène car il faudra alors prendre en compte la gestion des contaminations croisées.

sac d'acide citrique

5 - Les machines et équipements

Cette section établit la liste des machines et équipements qui seront reliés par le réseau de transfert des poudres. On peut préciser ici si certains matériels existants seront à réutiliser ou si l’industriel se charge de l’achat en direct de certains équipements à intégrer dans le circuit poudres.

Quelles sont les machines à alimenter ou vider : mélangeur, tamiseur, pétrin, cuve, trémie, disperseur, ... ?

Quels seront les types de stockage : silo, big bags, sacs ?

Les spécifications techniques détaillées seront annexées au cahier des charges technique.

 

6 - Délai

Outre la précision du délai souhaité, il est important de noter l’ensemble des contraintes qui impactent le planning du projet.

  • Programmation des arrêts de ligne ;
  • Disponibilité des nouvelles matières premières ;
  • Travaux préliminaires de bâtiments ;
  • Echéance de mise sur le marché d’un nouveau produit, nécessité d’augmenter les quantités produites ;
  • Urgence sanitaire ou sécuritaire...
Ordinateur de bureau d'études sur lequel on voit des plan de principe de réseau de transfert de poudres
Nos ingénieurs commerciaux construisent les schémas de principe de la future installation de transfert des poudres

 

Les spécifications techniques de l’installation de transfert des poudres

Le cahier des charges technique compile l’ensemble des contraintes liées à l’environnement dans lequel sera installé le réseau poudres. Sans décrire la solution, il précise cependant les caractéristiques techniques auxquelles le matériel devra se conformer. Cette définition technique intervient dans un second temps lorsque les grands principes de la future installation de transfert ont été validés.

 

1 - Caractéristiques des poudres à transférer

Il est maintenant temps de caractériser précisément les pulvérulents qui seront transférés ou dosés. La maîtrise du comportement des poudres est le point clé dans la performance du transfert et de la production. Quelle est la densité du produit, son aspect, ses caractéristiques d’écoulement ?

Chez Apia Technologie, nous demandons d’ailleurs systématiquement un échantillon de produit afin de pouvoir l’analyser. Dans certains cas, nous préconisons des tests dans notre station d’essais.

 

2 - Description du process

Le service méthodes décrit ici de manière chiffrée et précise les étapes du procédé de fabrication. Ces données mesurables déterminent notamment les temps de chargement visés, ainsi que les débits moyens et instantanés. Le fournisseur de la solution de transfert de poudres s’engage sur le respect de ces performances.

  • Quelles sont les recettes à formuler, les levées à peser ?
  • Quelles sont les précisions attendues pour les dosages ?
  • Quels sont les volumes de production à atteindre, les cadences ?
  • Quelles sont les tâches à automatiser ?
  • Quelles est la traçabilité requise ?

transfert de sucre par vis flexible vers un fondoir

3 - Les critères de qualité et d’évaluation des performances du système de transfert des poudres

Lors du démarrage de la ligne, le bon fonctionnement des équipements est validé en fonction d’indicateurs définis au cahier des charge (taux de fonctionnement, temps d’arrêt de la production, taux de mise au rebus, % de fine générée, respect de la granulométrie à l’issue du transfert, taux de freinte...).

Le protocole de validation de ces indicateurs de performance est également décrit.

 

4 - Politique de maintenance et nettoyage des lignes

Des options de démontage rapide, vidange optimisée et nettoyage du réseau de transfert des poudres existent. C’est pourquoi il est essentiel de décrire les protocoles de maintenant et nettoyage en place dans l’usine.

Il est également utile de préciser les ressources dédiées à la maintenance des lignes.

L’installation de transfert des poudres sera-t-elle vidangée, démontée, nettoyée...à quelle fréquence ?

Les procédures de nettoyage avec les produits utilisés peuvent être jointes au cahier des charges.

 

5 - Spécifications techniques des machines, contenants, matériels divers

Le réseau de transfert des poudres est la colonne vertébrale qui relie les équipements. Il est donc indispensable de disposer du descriptif de chacune de machines qui seront à interfacer avec les équipements de transfert.

Les fiches techniques des Machines à alimenter ou à vider sont fournies, ainsi que celles des big-bags, sacs, silos, et autres contenants utilisés dans le process.

Le chef de projet peut également spécifier ici les marques de fabrication requises pour le matériel électrique, les automatismes, les systèmes de pesage, les capteurs...

 

6 - Le périmètre et les conditions d’exécution de la prestation

Enfin, il est bon de rappeler qu’au-delà de l’étude de la solution et la fabrication des équipements, d’autres livrables et services sont attendus. Le cahier des charges pourra ainsi cadrer le champ d’intervention et de responsabilité des intervenants dans le projet.

Il précise aussi les conditions de déroulement du chantier sur le site. Qui assure le câblage, la fourniture électrique, le montage ?

Quelles sont les règles pour l’accès au chantier ?

La liste des documentations à fournir est établie : fiches techniques, procédures de maintenance, notices d’utilisation, certificats d’alimentarité, CE... ?

 

7 - Spécifications QHSE

Enfin, les services qualité sont de plus en plus parties prenantes dans les attendus des systèmes de manutention des poudres. Un paragraphe précisant le contexte QHSE, voire RSE pourra également conclure l’expression du besoin. L’organisme certificateur sera également identifié.

  • Qualité : lutte contre le risque bactériologique et les corps étrangers, exigence en matière de traçabilité
  • Hygiène : spécification des matériaux et modes de construction (contact alimentaire, joints détectables, soudures continues, profils anti-rétention...)
  • Sécurité : zonage Atex et risque incendie, attentes ergonomiques, gestion des risques de TMS et d’accidents
  • Environnement :  gestion des déchets, filières recyclage, lutte contre la pollution, traitement de l’air
  • L’entreprise a-t-elle adopté une démarche RSE ? Des attentes peuvent être exprimées concernant les propositions pour l’amélioration des conditions de travail, des performances énergétiques et de la rentabilité.

 

Comment APIA Technologie accompagne les IAA dans la rédaction du cahier des charges d’un transfert de poudres ?

L’expression du besoin sous une forme écrite et synthétique est donc indispensable pour :

  • S’assurer que tous les intervenants ont compris les attendus du projet d’investissement
  • Servir de référentiel pour l’étude et le développement technique de la solution
  • Préciser les critères de validation du bon fonctionnement à la fin du chantier

 Le rôle des experts Apia Technologie est d’accompagner cette définition du besoin et faire émerger des pistes d’optimisation du process dans une logique de rentabilité. Nous appuyons notre démarche sur des outils tels que le questionnaire technique, le PID (diagramme de fonctionnement), le chronogramme, les analyses d’échantillons ou encore les essais grandeur réelle.

Ce sont avant tout les échanges sur le site industriel qui permettent cette co-construction du cahier des charges avec les industriels. Ce référentiel pose les bases du partenariat et de la confiance entre client et prestataire.

 

Vous avez un projet de transfert et dosage de poudres ? Demandez à nos experts de vous accompagner dans la rédaction de votre cahier des charges !

 

Obtenez gratuitement notre guide du transfert des poudres.  Booster votre rentabilité